CP Octobre 2013 : AREVA Belzanne

Communiqué de presse du 23 octobre 2013

Projet de stockage de déchets de Belzanne : « et pendant ce temps là, les Shadocks pompaient... »


Alors que se termine ce jeudi 24 octobre l’enquête publique consacrée au projet AREVA d’ouverture d’un centre de stockage de 200 000 m3 de déchets radioactifs dans l’ancienne mine à ciel ouvert de Belzanne (déjà remblayée de plus de 1,5 millions de tonnes de déchets), les associations de protection de l’environnement dressent un bilan très négatif du dossier soumis au public par AREVA avec la bénédiction de la Préfecture.

Une question reste toujours sans réponse officielle : d’où viennent les déchets que la société AREVA veut ainsi stocker ? Le dossier de demande d’autorisation est étrangement silencieux sur le sujet... Et pour cause, répondre à cette question reviendrait pour AREVA à reconnaître sa responsabilité dans la pollution des sédiments des étangs et zones humides recevant les eaux polluées des anciennes mines d’uranium et des stockages de déchets (le lac de St Pardoux et la réserve d’eau potable de la Crouzille en étant les exemples les plus retentissants, la pollution ne s’étant pas arrêtée avec les curages...) !

Mais alors, les anciennes mines à ciel ouvert et galeries souterraines auraient-elles été mal réhabilitées ? Les déchets radioactifs qu’ils abritent contamineraient-ils vraiment l’environnement, comme le dénoncent les associations de protection de l’environnement depuis plus de 30 ans ? Ce projet de stockage de 200 000 m3 de déchets issus des dépollutions de l’environnement en constitue un aveux cinglant.

Quelles solutions pour en finir avec les pollutions radioactives laissées par COGEMA-AREVA en Limousin ? Réhabiliter enfin les sites et stockages de déchets correctement ? Traiter correctement les eaux issus de ces sites avant rejet dans le milieu naturel ?
« Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? ». AREVA a trouvé une solution moins onéreuse pour ses finances, avec l’assentiment de l’État : pomper et stocker par dessus le stockage de déchets dangereux le plus important (1,5 millions de tonnes) et le plus polluant du Limousin : la fosse de Bellezane !

Les associations SRL (Sources et Rivières du Limousin) et HAB (Habitants et Amis de Belzanne) ont démontré les insuffisances de cette réponse lors de l’enquête publique.
Elles dénoncent à nouveau cette solution ubuesque et iront jusqu’au bout pour que soient entendues leurs revendications de bon sens dans l’intérêt public et de l’environnement :
Obtenir enfin une réhabilitation complète des 70 anciennes mines du Limousins
Obtenir la mise en sécurité des sites de stockage de déchets
Obtenir la construction d’un nouveau site de stockage de déchets répondant aux exigences environnementales actuelles.
En refusant de mettre en œuvre ces solutions, AREVA tente encore d’imposer une autre devise Shadock : « s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème ».

Télécharger et consultez ici les 3 contribution de SRL à l’enquête publique :

PDF - 335.3 ko
Contribution 1
PDF - 294.1 ko
Contribution 2
PDF - 163.6 ko
Contribution 3

Articles de presse octobre 2013 :

PDF - 499.1 ko
L’Echo 25 octobre 2013
PDF - 578.1 ko
Le Populaire 25 oct 2013